Imprimer

DHEA : combat elle les outrages du temps ?

on . Posté dans Traitement

Note utilisateur:  / 5
MauvaisTrès bien 

 


Le rôle de la DHEA

La DHEA est une hormone synthétisée par les glandes surrénales chez l’homme et la femme mais en plus faible quantité. Cette molécule est un précurseur, c’est à dire qu’elle est à l’origine entre autres de la synthèse de nos hormones sexuelles : testostérone et œstrogènes.

 

La déhydroépiandrostérone, plus connue sous le nom de DHEA a défrayé la chronique ce printemps : serait-elle la solution de l’éternelle de jeunesse ? Retour sur cette hormone, présente chez chacun d’entre nous.

 


DHEA Comme souvent pour les hormones, elle possède un cycle de vie particulier. Sa production est étroitement liée à l’âge. Elle croit pendant l’adolescence pour atteindre un pic vers la trentaine. Ensuite, elle diminue de manière régulière avec les années, pour atteindre au cours de la huitième et neuvième décennie une concentration inférieure à 20% de la dose maximale de sa jeunesse. Pour autant, nous ne sommes pas tous égaux devant le vieillissement et la production de DHEA. Certains seniors auraient une quantité de DHEA dans l’organisme plus élevée.

Ces observations méritent de pousser plus loin les investigations. Chose faite avec le lancement au printemps 98 de l’étude DHEâge portant sur 280 volontaires des deux sexes âgés de 60 à 79 ans. Elle consiste à administrer pendant un an une gélule de 50 mg de DHEA ou un placebo, une gélule identique ne contenant pas de DHEA, et ceci sans que le volontaire, ni le médecin ne sache si le patient a pris pendant un an des gélules contenant « l’hormone de jouvence » ou pas. 

Les premiers résultats concernant plusieurs critères sont tombés au mois d’avril dernier. Les voici :

Plus d’hormones
La prise de 50 mg de DHEA permettrait de retrouver une quantité d’hormone identique à celle de ses vingt ans et une augmentation des hormones sexuelles.

Os solidifiés
Les femmes seraient les grandes bénéficiaires. En effet, peu de modifications ont été constatées chez les hommes. En revanche, pour la population féminine, on constate une augmentation de la densité osseuse et un effet bénéfique sur le renouvellement osseux pour les plus de soixante dix ans. Un effet à creuser pour lutter contre l’ostéoporose.

Peau rajeunie
La peau avec ou sans DHEA se serait la nuit et le jour. Elle positiverait toutes les propriétés de la peau vieillissante : augmentation de la production de sébum, réhydratation des tissus cutanés, diminution des taches brunes de vieillesse.

Libido féminine augmentée
Les femmes sont encore une fois gagnantes. Leur libido serait augmentée. Une augmentation qui va de pair avec celle de l’activité et de la satisfaction sexuelle.
En revanche, aucune modification de la libido n’a été notifiée chez les hommes.
En attendant que les résultats définitifs ne tombent, certains n’ont pas hésité à franchir le pas, et à se procurer l’hormone aux Etats-Unis !

 DHEA végétale ou DHEA synthétique ?

DDHEA végétale et DHEA synthétique : il existe aujourd'hui 2 façons de préparer de la DHEA prête à l'emploi. L'une est-elle plus active que l'autre ? Et en France : laquelle trouve-t-on ?

La DHEA, déjà vendue comme complément nutritionnel dans certains pays et parfois délivrée, malgré les recommandations de l'Ordre des Pharmaciens, par certaines pharmacies françaises sur prescription médicale (sujet que nous évoquions la semaine dernière) peut être issue de deux procédés de fabrication, l'un très répandu, l'autre plus rare.

DHEA contre les outrages du tempsLa méthode la plus couramment utilisée pour fabriquer la DHEA consiste à extraire la diosgénine, de la famille des sapogénines stéroïdes, d'un certain type de yam… Quelques définitions s'imposent : le yam est une plante dont le synonyme est igname ou " patate douce ", dont il existe différentes espèces. L'espèce mexicaine, dioscorea villosa, contient une substance, la diosgénine, qui peut constituer la matière première de la DHEA, c'est-à-dire qu'au prix de certaines transformations biochimiques, elle peut être transformée en DHEA. Les enzymes ayant la capacité d'effectuer cette transformation de la diosgénine en DHEA n'existent pas dans le corps humain. Ce qui explique qu'une ingestion de diosgénine " naturelle ", non modifiée, ne corresponde absolument pas à prise de DHEA. Pour être transformée en DHEA, cette diosgénine doit subir, dans l'éprouvette du biochimiste, une transformation biochimique par le biais de ces enzymes que le corps humain ne synthétise pas. Ainsi transformée, la diosgénine devient de la DHEA, et peut être vendue (dans les pays où la vente de DHEA est légale…) sous l'appellation DHEA. Ce procédé de fabrication est le plus répandu dans l'industrie américaine de la DHEA.

La DHEA synthétique a un prix…
Un autre procédé consiste à jouer les apprentis sorciers et à fabriquer cette DHEA pièce par pièce en partant d'une molécule de départ extrêmement simple, l'acide acétique. Ce procédé " de synthèse totale " permet de fabriquer une DHEA sans avoir à manier des tonnes de patates mexicaines… mais coûte nettement plus cher ! Il est peu utilisé actuellement et pourtant le Professeur Baulieu, coordonnateur de l'étude DHEAge, recommanderait ce mode de fabrication si la DHEA devait être un jour commercialisée en France.

Quant à la DHEA délivrée sur prescription médicale par certains pharmaciens français, elle serait issue du premier mode de fabrication évoqué, c'est-à-dire fabriquée à partir de poudre de yam mexicain fournie aux pharmaciens par des exportateurs étrangers. Reste à savoir si les pharmaciens français effectuent en officine la transformation de cette poudre en véritable DHEA ou vendent cet extrait sous l'appellation " DHEA " alors qu'il ne s'agit, comme nous l'avons vu, que d'un précurseur que le corps humain ne sait pas transformer en DHEA !

Quels peuvent être les effets secondaires

d'un traitement par DHEA ?

Tout médicament peut présenter des effets indésirables, de gravité variable. L'intérêt d'un traitement réside dans la balance bénéfice-intolérance qui doit pencher du bon côté. L'utilisation d'un traitement substitutif par DHEA, déjà répandue aux Etats-Unis, a permis d'observer l'émergence d'effets secondaires, bénins pour la plupart.

La peau
La DHEA peut avoir des effets secondaires dermatologiques, et rendre la peau grasse. Elle peut également générer une véritable acné "juvénile" !

La voix
Chez la femme, la voix peut devenir plus rauque, plus grave et la pilosité peut s'accroître de manière gênante ; ces effets suggèrent alors une conversion excessive de la DHEA en testostérone, et une conversion insuffisante en oestrogènes.

L'humeur
L'humeur peut se modifier, la personne peut devenir davantage irritable sous DHEA On peut parfois noter une hyperactivité ou, au contraire, une fatigue excessive, une baisse d'énergie. Un traitement par DHEA peut aussi favoriser une insomnie.
Plus rarement, ont été rapportés sous DHEA des maux de tête, une agressivité, une modification du cycle menstruel.
Il est à noter que ces effets surviennent rarement sous des doses faibles de DHEA (moins de 50 mg par jour) et qu'ils sont toujours réversibles à la diminution ou à l'arrêt du traitement.

Et au long cours…
La question des effets potentiels à long terme de la DHEA n'est toujours pas élucidée. La DHEA prise sur de nombreuses années pourrait-elle favoriser l'émergence d'un cancer du sein, des ovaires, de l'utérus ou de la prostate ?
Aucun élément ne vient jusqu'à présent alimenter cette crainte, mais nous manquons actuellement de recul pour affirmer l'innocuité à long terme de cette molécule. Seule une étude portant sur un grand nombre de patients pendant plusieurs années pourrait définitivement répondre à cette question.

Dr Patrick Papazian - Dr Florence Martin

Reproduction interdite