Imprimer

Chirurgie du nez : la rhinoplastie

on . Posté dans Chirurgie de la face et du cou

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Refaire le nez... Il n'y a pas de nez idéal et les règles d'harmonie du visage et du nez sont bien difficiles à définir, tant sont nombreux les éléments qui les influencent. De plus, la notion d'harmonie varie dans le temps et en fonction de considérations raciales, voire personnelles. Certains artistes, ont étudié et classifié les nez selon des critères esthétiques précis. Ces études peuvent servir de base d'analyse esthétique, mais seul le dialogue entre chirurgien et patient permet de poser une indication opératoire de rhinoplastie.

 

Les interventions envisageables
Bilan pré-opératoire
L'intervention : remodelage du nez
Les suites opératoires habituelles
Les risques et complications post-opératoires
Les résultats



Les interventions envisageables

  • ablation d'une "bosse" ostéo-cartilagineuse déformant l'arête nasale

  • remontée de la pointe du nez

  • recul de la pointe du nez

  • rétrécissement de la racine du nez

  • rétrécissement des narines.

Il existe schématiquement 2 grands types de rhinoplasties :

  • rhinoplasties "fermées", comportant des incisions dans le nez ne laissant aucune trace visible

  • rhinoplasties "à ciel ouvert", comportant une courte incision cutanée au dessus de l'angle entre le nez et la lèvre supérieure, permettant au chirurgien de travailler sous contrôle de la vue, et d'effectuer certains gestes difficiles par la voie classique. L'inconvénient de est de laisser une cicatrice discrète.

Les rhinoplasties peuvent parfois être effectuées en complément d'une autre intervention à visée esthétique : lifting cervico-facial, lifting frontal, blépharoplasties.

Bilan pré-opératoire

Il est destiné à dépister d'éventuelles contre-indications. Il consiste en la réalisation d'examens et de consultations médicales :

  • avec le médecin anesthésiste, responsable de la future intervention.

  • avec le chirurgien qui pourra dépister d'éventuelles contre-indications à l'intervention et apprécier la psychologie et les motivations du patient.

Le mode d'anesthésie opératoire (choisi par le médecin-anesthésiste en accord avec le patient, après consultation d'anesthésie pré-opératoire) peut être :

  • de type dit " neurolept-analgésie " plus anesthésie locale

  • de type dit " anesthésie générale " avec intubation trachéale.

Des photographies pré-opératoires sont toujours réalisées. Dans certains cas, des radiographies ou un examen tomodensitométrique (scanner) sont utiles.

L'intervention : remodelage du nez

Après avoir pratiqué de courtes incisions sur la muqueuse dans chaque narine (et parfois aussi sur la peau à la jonction de la lèvre supérieure et du nez), le chirurgien peut exposer les cartilages qui forment la pointe du nez et les modifier par des résections ou par des ajouts (greffons, etc..), afin de relever, reculer ou avancer la pointe du nez. Il peut aussi profiter de cette phase opératoire pour ôter une bosse qui déforme le profil nasal, et corriger des déviations de la cloison nasale (occasionnant obstructions et anomalies de ventilation nasale). Enfin, il peut rétrécir le volet osseux situé à la jonction du front et du nez afin d'obtenir un dos du nez plus étroit.
Ces différents gestes, résumés ici à leur plus simple expression, permettent de redonner au nez une forme harmonieuse, en accord avec les autres éléments du visage (lèvre, menton, front pommettes).
Les corrections sont maintenues par des attelles si nécessaire et protégées par une contention plâtrée.

Les suites opératoires habituelles

  • hospitalisation de 1 à 2 jours permettant surveillance des suites et prise en charge des douleurs post-opératoires

  • mise en place d'un plâtre de contention pendant 8 à 15 jours (action anti-oedémateuse et modelante). Au retrait, la pointe du nez est souvent plus relevée qu'elle ne le sera plus tard, et le nez reste gonflé et d'apparence massive. L'opéré(e) est présentable dès le 10-12° jour, mais le résultat ne pourra être réellement apprécié qu'après deux à trois mois selon les cas.

  • ablation des mèches mises en place pendant l'intervention dans les fosses nasales, entre 24 et 48 heures.

  • existence d'un œdème post-opératoire de durée variable

  • existence d'ecchymoses post-opératoires ( paupières) évoluant vers la disparition en 15 jours.

  • prévention des infections par utilisation d'un traitement préventif antibiotique.

  • nécessité d'éviter toute pression importante sur le nez pendant 2 mois (lunettes permanentes, sport…)

  • nécessité d'assurer le nettoyage des fosses nasales par instillations de sérum pendant 8 à 10 jours, en évitant le mouchage et l'éternuement.

Les risques et complications post-opératoires

Différentes complications pouvant faire suite aux interventions de rhinoplasties ont été décrites :

  • Résultat non satisfaisant, exposant à une reprise chirurgicale :

    • résections excessives à l'origine d'encoche de l'arête nasale, ou de raccourcissement trop important du nez

    • résections insuffisantes à l'origine d'un nez rond, ou en " bec " de corbin

    • déviation de l'arête nasale , vue de face

    • pincement des narines ou asymétrie de la pointe

  • Complications rares :

    • infection post-opératoire (rare grâce à l'utilisation d'antibiotiques)

    • hémorragie opératoire nécessitant un geste d'hémostase complémentaire, sous anesthésie.

Les résultats

Le vécu des résultats peut être très variable d'une patiente à l'autre. Toutefois il semble dépendant des facteurs suivants :

  • bonne analyse de la forme initiale du nez, et de la demande de modification

  • information claire, précise, exacte et complète par le chirurgien, concernant les corrections espérées, ainsi que les sensations post-opératoires habituelles.

par le Dr Thierry Buisson
chirurgien plasticien

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support