Imprimer

Implants ou prothèses mammaires

on . Posté dans Chirurgie du corps

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

De 1963 à nos jours, les implants mammaires les plus utilisés internationalement sont ceux pré remplis de gel de silicone. Ils ont la préférence de nombreux chirurgiens qui apprécient leur consistance " naturelle ", par rapport au prothèses remplies de sérum physiologique.
En France, il est à nouveau autorisé d'implanter les prothèses de silicone depuis 2001. Tous les implants mammaires gardent une enveloppe en silicone, dont la tolérance, contrairement à celle du gel, est largement reconnue. Deux catégories d'implants sont employés : les implants gonflables et les implants pré-remplis.

 

la technique d'interventionimplant ou prothèse mamaire
quelles suites?
quels risques?
résultats et entretien


De 1963 à nos jours, les implants mammaires les plus utilisés internationalement sont ceux pré remplis de gel de silicone. Ils ont la préférence de nombreux chirurgiens qui apprécient leur consistance " naturelle ", par rapport au prothèses remplies de sérum physiologique.
En France, il est à nouveau autorisé d'implanter les prothèses de silicone depuis 2001. Tous les implants mammaires gardent une enveloppe en silicone, dont la tolérance, contrairement à celle du gel, est largement reconnue. Deux catégories d'implants sont employés : les implants gonflables et les implants pré-remplis.


L'intervention : mise en place des implants

Le mode d'anesthésie opératoire est généralement de type " anesthésie générale ".
Pour augmenter le volume d'un sein, l'implant peut être mis en place, soit devant, soit derrière le muscle pectoral, par différentes voies. Le chirurgien choisit la situation et la voie d'introduction les mieux adaptées à sa patiente. Le plus souvent, l'implant est positionné en arrière du muscle au travers d'une courte incision, située autour de l'aréole (moitié inférieure). La cicatrice est donc très discrète. Après positionnement, le gonflage des implants peut être est effectué selon le volume et la symétrie désirés.
En fin d'intervention, le chirurgien laisse en place quelques jours, un système de drainage. Un pansement moulant est posé.

Les suites opératoires habituelles

  • hospitalisation de 2 à 3 jours permettant surveillance et pansements

  • douleurs des seins et des aisselles (contrôlées par remèdes antalgiques)

  • existence d'un œdème post-opératoire

  • ecchymoses post-opératoires (bleus) 15 jours

  • tension inconfortable des sutures pendant 2 à 5 jours

  • première douche le 5° jour, premier bain le 15° jour

  • port permanent de soutien-gorge de maintien la journée pendant 1 mois

  • pas d'exercice ou d'effort sportif pendant 1mois.

Les risques et complications post-opératoires

Complication non exceptionnelle:
l'épanchement séreux sans infection, nécessitant un drainage prolongé.

Complications plus rares :

  • hématome dans la loge de décollement (théoriquement prévenu par le drainage)

  • infection post-opératoire (rare grâce à l'utilisation d'antibiotiques)

  • cicatrices inflammatoires inesthétiques

  • asymétrie nécessitant une intervention correctrice

En plus des risques inhérents à toute intervention chirurgicale, la pose d'implants mammaires comporte les risques suivants :

  • modification de la sensibilité du mamelon et du sein

  • cicatrisation rétractile autour de l'implant pouvant le comprimer et entraîner une dureté inhabituelle, des douleurs, et parfois une déformation du sein.

  • calcifications des tissus entourant l'implant.

  • rupture ou dégonflement de l'implant, survenant à la suite d'un choc, ou par usure.

  • perturbation de la lecture de la mammographie dans la détection précoce des cancers du sein.

Bien que rares, certaines de ces complications peuvent conduire au retrait des prothèses.

Jusqu'à présent, il n'existe aucune preuve scientifique pour affirmer que les femmes porteuses d'implants mammaires ont un risque augmenté pour une maladie quelconque. Les prothèses gonflables au sérum physiologique ne contiennent que de l'eau salée et ne comportent donc, même en cas de rupture, aucun des risques relatifs au gel de silicone.

Les résultats

Le vécu des résultats peut être très variable d'une patiente à l'autre. Toutefois il semble dépendant des facteurs suivants :

  • bonne analyse de la forme initiale de la poitrine, et de la demande de la patiente

  • information claire, précise, exacte et complète par le chirurgien, concernant les corrections espérées, ainsi que les sensations post-opératoires habituelles

  • qualité de l'entourage: un conjoint et/ou des enfants, en désaccord avec le principe d'une intervention à visée esthétique, constituent des facteurs défavorables à un vécu satisfaisant.

  • bonne entente et relation de confiance entre patient et chirurgien semblent être un préambule indispensable…

 

par le Dr Thierry Buisson
chirurgien plasticien

Copyright estheweb© 2001. Reproduction interdite

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support