Imprimer

Les seins qui tombent : la ptôse mammaire

on . Posté dans Chirurgie du corps

Note utilisateur:  / 8
MauvaisTrès bien 


La chirurgie des seins qui tombent (ou ptôse mammaire) est un remodelage de l'enveloppe de peau et de graisse du sein, et de la glande elle même. Cette intervention permet de redonner un galbe satisfaisant aux seins, et de remonter une position du sein et du mamelon trop basse. On peut aussi compenser la perte de volume par la pose d'une prothèse remplie de sérum physiologique ou de gel de silicone. Le volume ainsi redonné peut retendre la peau des seins et remonter ainsi la poitrine. Les deux gestes peuvent être associés selon les cas.

 

Les seins qui tombent

 

Indications

Cette intervention est pour les femmes dont la poitrine s’est relâchée et a perdu du volume (suite de grossesse, d'allaitement, ou d'amaigrissement. La poitrine devient alors trop basse, et « amaigrie » du haut, donnant l'aspect de seins dits «en gant de toilette ».
Si les seins sont affaissés mais gros, ils nécessitent également une réduction de volume.
S'ils sont relâchés avec un volume insuffisant, on pose une prothèse devant ou derrière le muscle grand pectoral, suivant l'épaisseur de la peau et de la glande mammaire.
Donc, plusieurs cas de figure peuvent se présenter au chirurgien. Grâce à son expérience il conseille à sa patiente la technique qui lui conviendra le mieux.

Avant l'intervention

Avant de faire appel à cette chirurgie, une préparation psychologique est nécessaire. Lors de l'entretien, le chirurgien insiste sur les cicatrices qui resteront.
Celles-ci dépendront du degré de la ptôse, de l'élasticité cutanée, et du pouvoir de rétraction de la peau de la patiente. Le futur volume dépendra de la glande restante et de l'état de la peau, voire de la pose d’éventuelles prothèses pour les petites poitrines. Avant l'intervention, un bilan biologique et une mammographie sont effectués.
L'intervention est pratiquée à distance d'une grossesse, et en période de poids stable.

L'intervention

Après la prise de photos sous différents angles, le chirurgien dessine précisément les repères des futures cicatrices, selon un schéma préopératoire bien défini. Il corrige une éventuelle différence entre les deux seins (asymétrie de volume, ou de relâchement).
L’intervention se fait sous anesthésie générale.
Le premier temps opératoire consiste à retirer l'excédent cutané selon le dessin marqué au préalable. Ensuite, en fonction de l'importance du volume de la glande mammaire, le chirurgien procède à un remodelage glandulaire, qui lui permet d'obtenir la forme et le volume désirés.
Si la glande est trop petite, son volume est compensé par la mise en place, derrière le muscle grand pectoral, d'un implant mammaire. Le mamelon et l'aréole sont repositionnés à la bonne hauteur. Le remodelage doit tenir compte et conserver les fonctions tactile (sensation au toucher), érectile et d'allaitement du mamelon.
Un pansement moulant est alors mis en place et laissé jusqu'au lendemain.
L'intervention dure en moyenne une heure trente à deux heures.

Post-opératoire, après l’opération

L'hospitalisation est en général de vingt-quatre heures, au terme desquelles on change le pansement. Un soutien-gorge médical sera porté nuit et jour pendant un mois.
Les seins sont œdématiés, avec ecchymoses et les douleurs sont généralement très supportables.
Les fils sont enlevés à partir du dixième jour sauf s'ils sont résorbables. Quelques fronces peuvent persister autour de l'aréole dans le cas d'une suture faite autour du mamelon. Celles-ci disparaîtront en quelques semaines.

photo seins tombant avant opération photo seins tombant après opération
Avant-après Photos coll. Dr S. Ohana

La sensibilité cutanée peut être augmentée ou diminuée de façon transitoire. Les seins sont moins gênants dans la vie intime à partir de la troisième semaine. Si des implants mammaires ont été posés, le chirurgien remet une carte à la patiente, avec les références, la marque, et la garantie de ses prothèses.
Le résultat est dans la majorité des cas très satisfaisant à partir du deuxième mois.

réduction mammaire avant opération réduction mammaire après opération
Avant-après Photos coll. Dr S. Ohana

Les cicatrices

Il existe toujours une cicatrice autour de l'aréole, et selon le degré de relâchement des tissus, on choisit une cicatrice verticale ou en " T inversé " si nécessaire.
Les cicatrices sont rouges au début, elles s'estompent à partir du sixième mois.
Si elles sont hypertrophiques ou larges, elles peuvent nécessiter des soins spécifiques : pressothérapie, port de plaques de silicone, injection de corticoïdes dans la cicatrice.
Si une reprise du sein ou de la cicatrice s'impose, elle sera réalisée sous anesthésie locale sans hospitalisation à partir du sixième mois.

Conseils

Prévoir un arrêt de travail de deux semaines.
La reprise d'une activité sportive modérée est possible après le premier mois, avec une bonne contention par soutien-gorge.
Il faut réapprendre à se tenir droite pour mettre en valeur sa nouvelle poitrine.
Grossesse et allaitement sont possibles puisque les seins opérés gardent les fonctions tactile, érectile et d'allaitement.

 


par estheweb avec l’aide du Dr Sydney Ohana
www.chirurgie-esthetique.com

Copyright estheweb© 2003. Reproduction interdite

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support