Imprimer

Maigrir avec un diététicien

on . Posté dans Maigrir-Perdre du poids

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Un diététicien (ou une diététicienne) n'est pas un médecin, mais un spécialiste de la nutrition et de l'équilibre alimentaire. Si vous n'avez que 2 kilos à perdre, vous pouvez probablement y arriver seul(e) mais si vous en avez plus de 10 (voire 5) à éliminer et que vous vous sentez désarmé(e) et sans courage, vous avez sans doute besoin de l'assistance suivie et des conseils d'un(e) diététicien(ne).

Tout au long de votre plan minceur, le diététicien sera avec vous pour vous aider, vous guider, vous encourager, à la façon d'un "coach" (entraîneur) personnel.

 

 Le déroulement du traitement

Le suivi du traitement

Résultats et entretien

 

Le déroulement du traitement

Quelque soit le nombre de kilos à perdre, la première visite consiste en une mise à plat du problème alimentaire : historique de la prise de poids, antécédents familiaux, problèmes digestifs, cholestérol, mais aussi activités physiques et sportives, type de profession, contexte familial et professionnel. Le diététicien doit vous connaître pour mieux vous aider. La pesée et la prise des mesures corporelles (cou, hanche, tour de cuisse etc.) et un questionnaire sur les habitudes alimentaires complètent le bilan. Le régime proprement dit s'établit au cours d'un dialogue entre vous et le diététicien qui prend en compte vos goûts et votre mode de vie.

Vous repartez avec un plan alimentaire personnalisé précisant par repas les grands types d'aliments et limitant féculents et pain. Il n'y a pas à proprement dit d'aliments interdits (l'être humain adore transgresser !) mais une mise en garde contre l'alcool, les sucres rapides, et les graisses. Le diététicien ne donne pas de recettes miracle ni de régimes trop stricts ou trop radicaux (type diète hyper-protéinée) difficiles à suivre sur une période longue et souvent suivis de reprise de poids.

Le diététicien vous enseigne les bases d'une alimentation équilibrée, suffisamment limitée en calories pour provoquer la chute de poids, vous permettant ainsi d'acquérir une nouvelle hygiène alimentaire. Une liste de conseils pratiques complète le régime : boire de l'eau dans la journée, manger lentement, prendre ses repas à table, ne pas se resservir.

En plus de ce régime, vous repartez avec un aide-mémoire alimentaire sur lequel vous allez noter tout ce que vous mangez dans la journée, repas et hors repas. L'intérêt est double : il permet au diététicien de corriger éventuellement le régime à la visite suivante, et à vous de mieux contrôler ce que vous mangez. Pour certains, cela peut servir de garde-fou (une tablette de chocolat tous les dimanche, est-ce bien nécessaire ?) et pour la majorité cela aide à prendre conscience de son comportement alimentaire, premier pas vers une meilleur hygiène alimentaire.

Le suivi du traitement

Les visites sont espacées idéalement de 15 jours-3 semaines. Entre temps vous vous serez pesé(e)une fois par semaine, à jeun, et nu(e) de préférence. Et si malgré votre bonne volonté, vous avez fait un "grand" écart (dîner d'anniversaire particulièrement arrosé) le lendemain est strict : une journée de protéines et de l'eau.

La 2ème visite commence par un bilan de la période passée : les difficultés (sensations de faim, relations tendues, anxiété, grignotage) sont analysées et des solutions sont trouvées. L'analyse de l'aide-mémoire permet de modifier le régime, de remplacer tel type d'aliment par un équivalent, de corriger les erreurs (par exemple des petits déjeuners escamotés).

On passe alors à la pesée et aux mesures. En fonction du résultat, on modifie le régime : pas de perte de poids, on cherche ensemble les causes. Chute rapide (fréquente chez les hommes) on met en garde contre le relâchement. Chute normale, on reste vigilant jusqu'à la visite suivante, période souvent charnière.

Les résultats

A la 3ème visite, environ après 2 mois de régime, les hommes ont pu perdre 8-10 kilos, mais les femmes 5- 6 ou même moins. Tout dépend de la nature de chacun et de son activité. Pour ceux qui ont obtenu le résultat escompté, le régime s'assouplit, on parle recette pour rompre la monotonie, conseils pratiques pour gérer les pièges (déjeuners d'affaires, vie sociale très active) et on rentre avec plaisir dans la période indispensable de stabilisation : une phase clé de l'amincissement, car sinon les kilos reviennent au galop et parfois plus que ceux perdus.

Quant à ceux qui ont encore beaucoup à perdre, ils ont plus que jamais besoin de leur diététicien. Celui-ci va encourager les consciencieux, remettre dans la bonne voie ceux qui croient ne rien manger, et éviter les périodes de lassitude.

Le chemin est parfois long, mais avec l'appui à la fois technique et psychologique du diététicien, vous êtes quasi certain(e) d'obtenir des résultats tangibles et durables et acquérir à vie un comportement alimentaire sans troubles. Un sacré mieux vivre !

Avec l'aimable collaboration de

Caroline BACH, diététicienne, membre de l'ADLF

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support