Imprimer

Le collagène injectable

on . Posté dans Rides & relachement

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

Aujourd’hui 82% des femmes connaissent le collagène injectable et 10% d’entre elles y ont déjà eu recours. Plus d’une femme sur quatre se déclare intéressée par les injections de comblement, les jugeant efficaces contre les rides et l’amélioration de l’apparence. Aujourd'hui, très concurrencé par l'acide hyaluronique, voici tout ce qu’il faut savoir sur le collagène.

L’injection de collagène

Combler la ride à l’identique
Un peu d'histoire
Le collagène et ses résultats
L’importance d'une bonne technique
Avec le recul
Le collagène autologue
Et le fil de collagène?
Les crèmes au collagène



Combler la ride à l’identique !

Plusieurs techniques permettent de traiter les rides : chirurgicales et médicales, mais une méthode émerge, incontournable : le comblement des rides par injections, logique et simple.
Une ride est une cassure cutanée due à un affaissement des structures dermiques au sein duquel une protéine appelée « collagène » se détériore et se raréfie sous l’effet des diverses mimiques et agressions de la peau, et qui s’accentue avec l’âge.

Quoi de plus naturel que de remplacer du collagène par du collagène ? Rien à condition que le collagène injecté réponde à plusieurs critères stricts. D’abord, il doit se rapprocher le plus possible du collagène humain pour remplir sa fonction d’une part et d’autre part pour être intégré comme tel par l’organisme.
Ensuite, il doit être conçu, fabriqué et contrôlé suivant des normes pharmaceutiques qui garantissent la qualité du produit. Enfin, les critères d’efficacité et de sécurité doivent être confirmés par des études réalisées chez un nombre important de patients.

Historique du collagène injectable


Plusieurs techniques permettent de traiter les rides : chirurgicales et médicales, mais une méthode émerge, incontournable : le comblement des rides par injections, logique et simple.
Une ride est une cassure cutanée due à un affaissement des structures dermiques au sein duquel une protéine appelée « collagène » se détériore et se raréfie sous l’effet des diverses mimiques et agressions de la peau, et qui s’accentue avec l’âge.

Quoi de plus naturel que de remplacer du collagène par du collagène ? Rien à condition que le collagène injecté réponde à plusieurs critères stricts. D’abord, il doit se rapprocher le plus possible du collagène humain pour remplir sa fonction d’une part et d’autre part pour être intégré comme tel par l’organisme.
Ensuite, il doit être conçu, fabriqué et contrôlé suivant des normes pharmaceutiques qui garantissent la qualité du produit. Enfin, les critères d’efficacité et de sécurité doivent être confirmés par des études réalisées chez un nombre important de patients.

 

Le collagène dans les résultats


En 1970 deux médecins de l’Université de Standford admettent l’utilisation du collagène animal purifié pour remplacer le collagène de la peau.
En 1976 une équipe médicale met au point le premier collagène injectable à partir de collagène bovin hautement purifié.
En 1981 la FDA accorde la mise sur le marché du produit, aussitôt commercialisé aux Etats-Unis et en France. Le traitement des rides et cicatrices par injection de collagène est lancé. En 1985 le collagène réticulé (plus « solide ») reçoit l’autorisation de la FDA .
Le produit le plus utilisé et le plus conseillé a été ce collagène injectable américain hautement purifié à partir du collagène de derme bovin.
Naturel et biodégradable, il se substitue au collagène déficient.
Son utilisation pendant près de 20 ans dans le monde a permis d’évaluer ses résultats en termes d’efficacité et de sécurité. Pour cette raison, il a été autorisé par le Ministère de la Santé et dans plus de 25 autres pays.

En France, c’est en 1987 que le collagène Zyderm° obtient l’AMM (autorisation de mise sur le marché). D’autres applications thérapeutiques : incontinence urinaire, cordes vocale, greffes osseuses, greffes périodontales…
Depuis 2003, le Zyderm° est remplacé par le Cosmoderm°, collagène synthétisé selon le modèle humain.


L’importance de la technique


Les études ont démontré une excellente tolérance du collagène.
Les résultats ont été jugés bons et très bons dans 80% des cas.
Les patients sont de plus en plus jeunes. L’âge de début de traitement était de 55 ans en 1985, alors qu’en 1993 il était de 46,5 ans.
L’injection du pourtour des lèvres, intéresse les femmes jeunes pour augmenter le volume de la bouche qui devient ainsi plus pulpeuse. Les femmes plus mûres veulent retrouver le dessin initial d’une bouche s'amincit et vieillit.
La durée de l’implant est en général de 6 mois mais peut atteindre, dans certaines localisations, 9 mois, voire plus pour certaines marques.
Aujourd'hui, avec les nouveaux collagènes, il n'est plus nécessaire d'effectuer un test cutané préalable. Il n'y a, en principe, pas de risque d'allergie.

Avec le recul


A chaque problème sa technique et à chaque ride son approche particulière. Il existe aussi une technique, un geste médical qui se doit d’être parfait. Le médecin expérimenté dispose de plusieurs techniques apprises lors de séminaires spécialisés de formation aux produits.
Dernière née des techniques : l’aiguille ultrafine qui permet un travail superficiel et délicat dans les régions péri-orbitaire (pourtour des yeux) et péri-buccale.


On peut aujourd’hui, après l’apparition de divers autres produits, permanents ou résorbables, constater que :
- le collagène donne peu de réactions secondaires, comparativement aux autres produits
- sa tenue est un peu moins bonne que certains acides hyaluroniques mais il est plus facile d'emploi et n'entraîne généralement pas d'effet de "granulation" même sur des peaux fines
- parfois le produit peut laisser une petite trace provisoire plus claire sur une peau très mate (puisqu’il est blanc)
- la tenue du produit s’améliore généralement avec la répétition des injections (qui s’espacent de plus en plus au fil des séances).
-
- le collagène réticulé est un des meilleurs produits en ce qui concerne le travail précis sur l’ourlet de la lèvre, pour la redessiner, à différencier de l’augmentation du volume, où là, il est moins performant dans la durée.

Les autres produits de comblements.
Qu’ils soient de type naturel ou synthétique, ils n’ont bien sûr, pas tous fait la preuve de leur efficacité depuis autant de temps. Néanmoins certains acides hyaluroniques sont très fiables. Certains produits, lors de corrections profondes, peuvent avoir une tenue un peu plus longue.
Ces produits sont aujourd’hui principalement : l’acide hyaluronique, plus ou moins réticulé, l’acide polylactique, l'hydroxyapatite, etc... pour ce qui est des produits qui se résorbent avec le temps.

Le collagène autologue

C’est une méthode « naturelle » où l’on emploie le propre collagène du patient, mais plus complexe, puisqu’il faut prélever ce collagène sur le patient, puis le préparer avant de l’injecter. Après anesthésie locale, c’est la graisse du sujet qui est prélevée à l’aide d’une seringue au niveau de la culotte de cheval par exemple. Une manipulation de broyage et centrifugation, permet d’isoler le collagène qui sera ensuite injecté dans les rides. Avantages : peu de risque de rejet, mais prélèvement et manipulation difficiles, risques au niveau de la stérilité.

Que penser du collagène en fil ?

Il s’agit d’un fil de collagène réticulé serti sur une aiguille, on l’insère grâce à l'aiguille sous la ride. Il aurait donné lieu à quelques problèmes de rejet, nécessite une anesthésie locale, et ne bonne maîtrise de la technique. Il n'est plus guère utilisé.

Les crèmes au collagène

Il s’agit d’un fil de collagène réticulé serti sur une aiguille, on l’insère grâce à l'aiguille sous la ride. Il aurait donné lieu à quelques problèmes de rejet, nécessite une anesthésie locale, et ne bonne maîtrise de la technique. Il n'est plus guère utilisé.

En conclusion

Bien sûr, elles ne provoquent pas la disparition des rides mais elles hydratent la peau. Le collagène est en effet une molécule de taille trop importante pour pouvoir franchir la barrière de l’épiderme et atteindre le derme. Il y a donc efficacité de la crème qui a une action de surface et protège la peau mais inefficacité du collagène dans les crèmes pour lutter contre le vieillissement cutané. En revanche le collagène en crème est un très bon hydratant qui ne graisse pas la peau. 

Malgré l'apparition des acides hyaluroniques, les collagènes restent encore intéressants notamment pour traiter les peaux fines ou fragiles. De nouveaux produits continuent à voir le jour. Il faut être vigilant car chaque collagène peut être différent. En effet la source du collagène et son procédé de fabrication peuvent varier selon les fabricants. En conséquence, les résultats peuvent être plus ou moins bons selon les produits utilisés. Seul le médecin est apte à décider du choix du produit, en fonction de chaque cas.

On a aimé

Participer

  • Communiqué de presse
  • Ecrire un article
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Support